[Roman] Parade – Yoshida Shuichi

Livre publié en 2002 au Japon, et traduit des années plus tard en français. Yoshi Shuichi nous y peint un portrait frappant de la société moderne japonaise, mais surtout de la vie en communauté.

Parade Yoshida Shuichi

Synopsis

5 personnes dans un 3 pièces, voilà qui annonce une collocation haute en couleur. L’histoire est racontée successivement par les différents protagonistes. Ryosuke, jeune homme rêveur, est amoureux de la petite amie de son aîné à l’université, mais n’a aucun scrupule à la séduire. Koto, « call-girl officielle » d’une star montante passe ses journées dans l’appartement à regarder des feuilletons à l’eau de rose. Mirai, artiste qui finit ivre tous les soirs, tente de vendre ses dessins de nombrils masculins tous les dimanches. Satoru, 18 ans, travaille déjà la nuit, et se révèle être très perspicace quant à juger les autres. Enfin, Naoki, sorte de doyen du groupe, travaille dans le cinéma, et était le premier à être dans l’appartement.
On suivra donc les péripéties qui accompagnent ces personnages dans leur vie quotidienne : amours, conseils de jeunes adultes et soirées (trop) arrosées. En fond de quoi se glisseront des enquêtes amateurs pour démanteler un pseudo traffic d’adolescentes, et pour se protéger d’un agresseur qui s’en prend aux jeunes filles dans les environs en les défigurant …

Critique

Tout d’abord, ce qui m’a beaucoup plus dans ce livre, c’est sa légèreté. De nombreux moments sont drôles au possible – notamment quand le dernier arrivé, Satoru, découvre la vie déjantée de la collocation passé minuit. De plus, les dialogues et descriptions sont souvent écrites dans un langage familier, ce qui fait qu’on est très vite à l’aise avec l’univers présenté. Le résultat est naturel, et parlant. On aimerait partager leur univers.

L’autre point remarquable est la multitude de points de vue que nous offre l’auteur. Ainsi, le personnage de Ryosuke qui raconte en premier son histoire et sa vie, nous paraît totalement différent, une fois décrit par Koto. Du jeune homme en quête d’amour, on passe ainsi au pré-ado qui n’a pas honte de passer en sous-vêtements dans le salon, et de se gratter tout son soûl quand ça le démange quelque part …

Plus que la description de la vie de la jeunesse japonaise, le roman nous présente une description universelle des règles du bien vivre en communauté, et de ses paradoxes. Ainsi chacun prétend être quelqu’un d’autre dans cet appartement, pour satisfaire les attentes des autres. Mais alors si tout est faux, peut-on dire qu’il n’y a « personne » dans ce 3 pièces ? Ce n’est pas non plus le cas. (Débat pseudo-philosophique de Mirai qui finit toujours pas se perdre elle-même dans ses réflexions.)

Conclusion

Livre très agréable à la lecture. On a toujours hâte de découvrir un nouvel aspect de chaque personnage, par lui ou ses acolytes, alors que les discussions enflammées et situations grotesques ne cessent de nous faire rire tout au long du roman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s