[Drama] Sabadol – Watanabe Mayu

Diffusé à partir de Janvier 2012, ce petit drama (12 épisodes) est une des premières expériences de Watanabe Mayu (AKB48) dans une série télévisée. L’histoire se déroule d’ailleurs autour du monde des idoles.

Sabadol

Une facette de Mayu que vous n’avez jamais vue …

Synopsis

Usa Shijimi est une professeur ennuyeuse de 38 ans. Mais elle est aussi Mayuyu, l’idole montante des AKB48. Grâce à un maquillage de l’extrême et à des costumes avantageux, elle parvient à faire croire au monde qu’elle a 21 ans de moins !

Aidée de sa soeur, au courant de sa double-vie, elle répète et s’entraîne pour maintenir l’illusion. S’ensuit alors une vie effrénée, entre ses deux emplois du temps chargés, qui l’amèneront à parfois faire des choix difficiles. En tant que jeune fille de 17 ans, elle sera accompagnée d’un manager attachant, et d’une boss qui compte bien faire d’elle une légende.

Parallèlement à cela se greffera deux intrigues amoureuses, chacune d’un côté différent de la personnalité de Mayu bien entendu ! La première se déroulera entre le professeur et son étudiant ; l’autre entre Mayuyu et une idole masculine.

Enfin, le secret sera menacé par le nouveau petit ami de la soeur de Mayu, qui mènera sa petite enquête aux vues du comportement étrange de la professeur.

Anecdotes

Est-il nécessaire de préciser que la série tourne autour de Mayu ? Consacrant ses débuts solos, on aura ainsi le droit à Synchro Tokimeki (son premier single) en guise d’opening, et à サバの缶詰  (Type C du single) en ending. Les fans seront également ravis de voir à deux reprises des performances du single !

Tant qu’on est dans le fan service, quelques membres des AKB48 sont aussi présentes dans le drama, mais ne vous emballez pas, leur présence est occasionnelle.

Critique

Les dramas dans lesquels jouent les idoles sont souvent marqués par des scénario plutôt pauvre, et/ou peu travaillés (voir Majisuka Gakuen), mais le plaisir de voir ses favorites l’emporte souvent. Sabadol ne fait pas vraiment exception. C’est loin d’être une série qui marquera les esprits, simplement par le fait que c’est une comédie avec pour pillier une idole – la crédibilité du scénario est assez faible.

Cependant, j’ai été agréablement surpris par une assez bonne qualité générale. Les acteurs secondaires sont bons, Takahashi Hitomi dans le rôle de la boss est drôle, le manager est attachant, et la soeur, Ando Tamae, est touchante.

Mais ce qui m’a le plus étonné, c’est bien le jeu d’actrice de Mayuyu. Habituée à la voir souriante et crispée sur les plateaux télé (personne ne peut le nier), j’ai été impressionné de sa capacité convenable d’actrice. Tout d’abord, il faut bien sûr souligner que le déguisement et le vieillissement est très réussi. J’ai mis quelques minutes à comprendre que Usa Shijimi était en fait Mayu !

Le contraste entre ses deux vies est très bien géré, et mène à de nombreuses situations plutôt comiques. Le mal de dos après les entraînements pour les nouvelles chorégraphies, et les expressions des années 80 ne manquent pas de mettre sa double vie en danger !

Ce qui est étrange, c’est qu’on finit par préféré les moments où Mayu à 38 ans que ses moments d’idoles. Attendrissante au possible, la narration en voix off à la première personne et les scènes clichées ne tombent pas dans l’excès.

On est tout de même heureux de revoir « la vraie » Mayu, celle qu’on connait, de temps en temps, et ses pleurs sont plutôt bien joués! Ce qui n’a pas manqué de me surprendre une nouvelle fois.

A côté de ça, on a le droit au classique du lycée de yankee attachant. Ces étudiants brutaux ont en fait un coeur tendre (phrase niaise mais c’est la réalité), et sont même fans des AKB48 ! Bien sûr, parmi eux va figurer un fan de Mayu, ce qui ne va pas manquer de créer des situations intéressantes entre le professeur et cet élève.

Côté idoles, c’est un chanteur ringard qui va tomber amoureux de Mayu, et va l’aider dans ses périodes de doute. Le tout résulte ainsi en une sorte de triangle amoureux, un peu moins banal qu’à l’accoutumée.

Enfin, notons que celui qui essaye de découvrir le secret de Mayu fait vraiment flipper. Sa tête vraiment bizarre, et ses reniflements visant à faire correspondre l’odeur de Mayu et celle de la professeur, soeur de sa petite amie, sont dignes d’un psychopathe. Ce rôle est vraiment étrange, il n’est pas du tout dans la même ambiance que le reste du drama !

Conclusion

En bref, c’est une assez bonne surprise. Fan de Mayu, je pensais devoir un peu me forcer pour finir le drama (comme je l’ai fait sur Majisuka Gakuen), mais la longueur de la série, et le scénario finalement assez prenant (seulement un petit ralentissement sur l’épisode 11), font que ça passe très bien ! J’aurais même aimé que ça soit un peu plus long.

Mayuyu joue réellement bien, et les clichés sont tournés en dérision, ce qui élève un peu le rang du drama, qu’on aurait pu rapidement cataloguer comme série-idole sans intérêt. L’histoire n’est pas dénuée d’originalité, et les musiques sont bien choisies.

On peut aussi voir un aperçu de ce qui se passe en coulisse lors des shootings et tournages, ainsi que lors des Handshakes, ce qui ne sera pas pour déplaire les fans des AKB48.

Un merci à AKB48-fansub pour la traduction française de qualité, allez sur leur site, ils ont arrêté par manque de soutient mais leur traductions sont encore en torrent !

Si vous souhaitez en savoir plus sur Watanabe Mayu et les AKB48, lisez aussi ma critique de Sayonara Crawl, leur dernier single !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s