[Livre] La Pierre et le sabre / La Parfaite lumière – Eiji Yoshikawa

Miyamoto Musashi et un roman de Eiji Yoshikawa publié en 1935 au Japon. Il sort en France un cinquantaine d’années plus tard en deux livres : La Pierre et le sabre (I) et La Parfaite lumière (II). Tiré a plus de 120 millions d’exemplaires, c’est un grand classique de la littérature japonaise.

LapierreetlesabreLaparfaitelumiere

Histoire

Le roman se passe au XVIIème siècle au Japon, à la fin de la guerre entre les deux clans ennemis, les Toyotomi et les Tokugawa dont les seconds sortent vainqueur et dirigent le Japon.

Shinmen Takezo est un jeune fils de samouraï turbulent du village de Miyamoto, dans la préfecture de Mimasaka. A 17 ans, avec son ami Matahachi, il participe et perd la bataille de Sekighara entres les Toyotomis et les Tokugwas. Après s’être réfugiés ensemble chez des habitants à proximités, ils se sépareront. Takezo reviendra au village mais sera chassé par les habitants. Il entreprendra la voie du sabre, pour devenir samouraï, il est le personnage principal du roman.

Takuan est un prêtre mendiant. Il aidera Takezo a contrôler sa force et sa fougue pour devenir un vrai samouraï, ayant la force et le mental nécessaire à la voie qu’il souhaite entreprendre. Il le suivra comme mentor tout au long du roman.

Otsu est la fiancée de Matahachi, mais celui ci ne reviendra pas à Miyamoto après la bataille de Sekighara. Pour échapper à son horrible belle mère Osugi, elle décide de partir avec Takezo à la recherche de la sœur de Takezo, mais ils vont vite devoir se séparer.

Critique

La narration est alternée entre tous les personnages qui s’ajoutent au fur et à mesure. Des groupes se forment et se séparent sans cesse. Très peu, voir aucun personnage ne sont abandonnés, ils réapparaîtront tous dans le roman. Le roman s’étend sur environ 10 ans, il y a parfois des « trous » de 1 ou 2 ans où on ne parle que de Musashi qui a quitté la vie publique et qui vit seul ou avec ses élèves. Ses passages contrastent avec les périodes où il est en ville, beaucoup plus agitées et denses.

Otsu aime Musashi, mais ils sont presque tout le temps séparés, chacune de leurs très brèves rencontres sont séparés par plusieurs années. Comme dit précédemment, la narration est alternée et j’ai trouvé les passages parlant de Musashi et Otsu les plus intéressants bien que les autres soient nécessaires pour comprendre le roman. Leurs possibles rencontres tout au long du roman m’ont fait dévorer le livre et ne m’ont jamais lassées (bien que dés fois c’est un peu tiré par les cheveux).

Le combat final et tout aussi intéressant et clos bien le roman. J’aurai tout de même préféré un classique paragraphe pour ce qui se passe par la suite, le roman se finissant juste après la fin du combat.

L’œuvre est longue. Elle est composée de deux livre, La Pierre et le sabre et La Parfaite lumière. Le premier et séparé en deux tomes dans mon édition, 500 pages chacun au format poche, le second fait 700 pages. Oui c’est gros, mais on les dévore, l’histoire est très prenante.

Conclusion

Cette œuvre permet de découvrir le Japon médiéval et tout ce qui touche au samouraïs comme leur sens de l’honneur ou l’hospitalité surprenantes des gens de l’époque. C’est un grand classique, même si la taille peut être rebutante et certains passages un peu lent, le livre reste passionnant.

Informations supplémentaires

L’œuvre raconte la vie du samouraï Myamoto Musashi de façon très largement romancée. Miyamoto Musashi est l’un des samouraïs les plus fameux du Japon. Il y a des monuments en son honneur dans le pays, comme à Ichijoji ou à l’île de Funa, lieux de ses combats.

L’œuvre avait été au début publiée sous forme de feuilleton dans le quotidien Asahi Shinbum entre 1935 et 1939. Toute les épisodes ont été ensuite rassemblés en 7 livres : Terre, Eau, Feu, Vent, Ciel, Soleil et Lune et La parfaite Lumière.

Il y a aussi eu un film : La légende de Musashi de Hiroshi Inagaki, sortit en 1954.

Auteur de l’article : Suite à l’article ‘[Édito] Et la suite ?« , j’ai la possibilité d’écrire des articles sur le blog (merci encore). Courte présentation :

Je suis un jeune lycéen passionné du Japon et a peu près tout ce qui y touche : littérature, musique, japonais, voitures, électroniques … sauf les mangas, j’ai lu les 30 premiers One piece et j’ai arrête ce n’est pas horrible, loin de là, mais je ne suis pas fan. J’adore la musique japonaise, surtout Supercell et AKB48 (et les groupe soeurs).

C’est ma première critique et je ne vous cache pas que j’ai besoin de vos avis sur celle-ci. Dites-moi ce que vous avez pensé de cette article, ce qu’il faudrait amélioré et ce qui est bien. Merci.

Une réflexion au sujet de « [Livre] La Pierre et le sabre / La Parfaite lumière – Eiji Yoshikawa »

  1. Tout ceci me donne envie de relire le livre !
    J’aimerai bien voir le film, je vais essayer de voir s’il se procure facilement sous titré français (ce n’est même pas dit que ça existe).

    Très bon article en tout cas, et très complet : je vais devoir mettre les bouchées doubles pour faire aussi bien :p
    J’espère qu’on aura le droit a une autre de tes critiques !

    PS / J’ai insérer ta présentation dans le « À propos » du site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s