[Film] Okuribito (Departures)

Réalisé en 2008, ce film remporte un franc succès au japon – quelque peu inattendu – et ne tarde pas à recevoir une reconnaissance internationale. Il reçoit ainsi en 2009 l’Oscar du meilleur film étranger !

Layout 1

Résumé

Daigo a commencé le violoncelle à la maternelle. Ayant d’abord pour seuls spectateurs ses parents, il tente d’intégrer un véritable orchestre lorsqu’il devient indépendant. C’est chose faîte, mais malheureusement l’ensemble se voit dissous peu après son intégration. Lui qui venait d’acheter son violoncelle de professionnel pour une somme astronomique, il se retrouve ainsi sans emploi.

Marié, il décide avec l’accord de sa femme d’aller s’installer dans la maison de sa mère, morte il y a quelques années, pour réduire les dépenses et trouver un nouveau métier. De retour dans son village natal, il va sauter sur la première occasion et accepte de travailler dans une agence qui s’occupe de « voyages » ; ce ne sera en fait pas à quoi il s’attendait.

Critique

Tout d’abord, aspect primordial du film, la musique. Inséré dans un cadre déjà fortement musical, on aura le droit à 3 morceaux entiers de violoncelles dans le film, qui servent de transitions aux étapes que doit franchir Daigo. Amplifiant la dimension contemplative, on ne peut qu’adhérer avec ces interludes et ils ne sont en rien redondant.

Par ailleurs, le génial Joe Hisaishi se colle à la composition des musiques originales du film. Connu pour ses contributions dans les films du studio Ghibli (Totoro, Le château ambulant, Le château dans le ciel, et bien d’autres) ; c’est encore une fois une contribution réussie.

Ce film aborde des sujets sensibles – en général, et plus particulièrement au Japon – que sont la famille et la mort. Il les traite avec une beauté rarement égalée, et peut être même un peu de niaiserie. Mais l’ensemble est réellement touchant.

Malgré une ambiance plutôt sombre sur la forme, les interactions des personnages sont remplies de chaleur : on a le droit à de nombreuses scènes comiques, concernant notamment la difficulté pour Daigo de se faire à son nouveau travail. L’entretien d’embauche est d’ailleurs plus que folklorique.

Le patron devient rapidement une sorte de mentor pour le jeune violoncelliste, qui bientôt n’arrive plus à envisager de faire un autre métier (je vous laisse en découvrir la teneur exacte par vous même).

Enfin, la relation de Daigo et sa femme Mika est très intéressante et touchante. Alors que le mari semble facilement maussade, sa femme fait tout pour lui remonter le moral et paraître enjouée – à la limite de l’idole. On ne peut qu’admirer ce couple qui semble si solide.

Conclusion

Film brillant s’il en est ! Je me suis même mis à espérer vers le milieu : « Pourvu qu’il soit long ! Pourvu qu’il ne finisse jamais ! ». Et effectivement, j’aurais aimé qu’il continue (il fait tout de même déjà 2h environ). On est littéralement scotché au personnage de Daigo, interprété par Masahiro Motoki. Un film à ne surtout pas manquer. Et comme je vous ai assez fait attendre, voici le trailer !

Une réflexion au sujet de « [Film] Okuribito (Departures) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s