[Politique] Janvier 2012

Inauguration d’une nouvelle branche de yukizuri : aujourd’hui, première chronique sur la politique japonaise. Janvier 2012 : le premier ministre semble passer à l’action, alors que le maire d’Osaka commence à faire de l’ombre aux partis en place !

"Essayez seulement de me faire taire !"

« Essayez seulement de me faire taire ! »

Le gouvernement prend les choses en main

Le premier ministre, Yoshihiko Noda, a annoncé le 24 janvier au parlement sa décision d’augment la taxe de consommation. Plus que doublée, elle s’élèvera ainsi à 10%. Depuis plus de 10 ans, cette taxe est sur la table des réformes, mais personne n’avait encore osé s’y attaquer réellement, alors que la dette gouvernementale augmentait et les besoins pour soigner une population vieillissante augmentaient.

"C'est comme ça le Kamehameha ?"

« C’est comme ça le Kamehameha ? »

M. Noda a montré sa volonté de réduire le nombre de parlementaires (de 480 à 395), de réduire les salaires des fonctionnaires de 8%, et d’entamer leurs privilèges quant aux logements. Toutes ces mesures sont considérées au Japon comme téméraire, alors imaginez les trois simultanément !

Obstruction parlementaire

Deux partis se tiennent tête au Japon, le Parti Démocrate Libéral (PDL), et le Parti Démocratique du Japon (PDJ). M. Noda fait parti du PDJ, seul allié sur lequel il peut compter. En effet, le PDL a juré de s’opposer à toutes réformes sur les taxes, étant donné qu’il est majoritaire au parlement.

M. Noda pense lui qu’un tel comportement finira par porter préjudice à ses adversaires, d’autant plus qu’eux-mêmes avaient des ambitions similaires sur le budget dans le passé. Malgré cela, il semble inévitable que le premier ministre chute dans les sondages d’approbation en s’attaquant seul à un tel problème.

Un nouvel adversaire

Arrive alors le porte-parole des déçus des grands partis, le maire d’Osaka, Toru Hashimoto. Alors que M. Noda est considéré par les anciens politique comme ce qui pourrait être le meilleur premier ministre grâce à sa diplomatie et sa recherche permanente des consensus, M. Hashimoto personnifie les propos belliqueux.

"Qui ça, moi ?"

« Qui ça, moi ? »

Refusant de serré la main des partisans du PDJ et du PDL, il leur refuse maintenant l’accès aux locaux de la ville d’Osaka, brisant ainsi des accords datant de 50 ans. Perturbant le train train de la politique japonaise, il vire parfois du côté nationaliste extrême, proposant par exemple que les professeurs d’Osaka se lèvent lors de l’hymne national (déjà mis en vigueur à Tokyo depuis 2003).

Osaka gagne du terrain

La mesure phare de M. Hashimoto est la fusion d’Osaka avec les préfectures alentours pour renforcer le régionalisme et réduire les dettes individuelles. Pour la faire passer, il a besoin de l’appui du parlement : il menace ainsi les partis en place de tout faire pour les battre aux prochaines élections si jamais son plan venait à avorter.

"0 survivants !"

« 0 survivants ! »

Les media et les gens en place à Osaka le soutiennent, mais d’autres, de Tokyo, et plus généralement des gouverneurs de tout le Japon prennent maintenant son parti. Persuasif, il a ainsi convaincu le directeur de la politique du PDJ du bien fondé de la fusion pour Osaka.

Conclusion

Affaire à suivre pour ces deux hommes que tout oppose ! J’espère que cet interlude politique vous a plu. La suite arrive bientôt : je rattraperai l’actualité au plus vite, mais j’ai pensé que commencer en 2012 pouvait être intéressant, pour mieux comprendre les évolutions futures.

Une réflexion au sujet de « [Politique] Janvier 2012 »

  1. Je ne m’attendais pas du tout à voir un article de politique sur le blog, c’est une bonne surprise, de temps en temps c’est sympa, vivement que tu rattrapes l’actualité, j’aimerais bien plus en savoir sur Abe et ses « trois flèches » !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s