[Politique] Juin & Juillet 2012

Au programme : les séquelles du tsunami se font encore sentir ; le portrait d’une homme qui a bouleversé le paysage politique nippon, et le début du conflit pour des îles plus que convoitées.

ville détruite

Un désastre qui marque durablement

Suite au tsunami, 100.000 personnes sont encore sans logement, même après 15 mois de reconstruction. La plupart des réfugiés vivent dans des maisons préfabriquées de quelques mètres carré grâce à aux compensations financières qu’avait offert TEPCO. Derrière ce sigle sont les responsables de la centrale nucléaire qui a menacé le Japon entier peu après le tsunami.

japon destruction enfant

« On rentre à la maison ? »

La très haute radioactivité dans ces zones engendrent de nombreux problèmes : des difficultés d’approvisionnement en eau potable, jusqu’à la perte de tous les emplois agricoles (faune et flore sont aussi fortement irradiées). Mais ce qui inquiète les populations déplacées est la dissolution de leurs communautés causée par ses déplacements.

Le gouvernement propose pour répondre à ces craintes de construire des villes entières, à côté de villes déjà existantes, pour ces familles. Ce serait sûrement un de meilleurs moyens d’entamer une reconstruction viable pour tous.

À tribord toute !

La taxe de consommation a finalement été votée : 363 voix contre 96. Mais ce qui est étonnant, c’est que 58 des opposants étaient du même partie que Yoshihiko Noda. Cette rébellion interne est menée par Ichiro Ozawa. Portrait.

Ichiro Ozawa

« Je te veux dans mon parti ! »

À l’origine dans le PDL, Ozawa l’a détruit en 93, entraînant la première défaire en 38 ans du parti alors en place. Il se présentait alors comme l’homme comprenant que le monde changeait avec la fin de la guerre froide. Il a cependant un goût pour agir seul, ou en formant des petits mouvements qui servent à détruire le gouvernement établi. Beaucoup l’affublent ainsi du surnom « Le Destructeur ».

Depuis 2009, il a raté à deux reprises la direction du PDJ. Reprochant au premier ministre de ne pas avoir tenu ses promesses (Noda avait promis de ne pas augmenter cette taxe), il se fait la voix d’un nouveau groupe d’opposition. Koichi Nakano, un politologue le décrit comme un homme d’une longévité extraordinaire dans la politique du pays. Ce qui est pour le moins sûr, c’est qu’il a tellement poussé la politique du côté conservateur par ses coups de théâtres passés, qu’il est à présent considéré comme à la gauche sur l’échiquier politique. 60% des japonais doutent tout de même du bien fondé de sa plus récente fronde.

La mèche est allumée

Années 70. De riches nationalistes japonais mettent la main sur les îles Senkaku, au sud-ouest d’Okinawa. Ces terres sont inhabités, et impossibles à aménager pour l’homme.

6 Juillet 2012. Le premier ministre annonce qu’il prévoit de nationaliser ces territoires.

11 Juillet. Des navires chinois sont repérés par la marine japonaise autour des îles. De tumultueux échanges entre les deux pays s’ensuivent.

« C’est seulement du tourisme. »

Les deux puissances recherchent en réalité les ressources qui sont présentent sous l’île, et dans un périmètre proche. Du point de vue japonais, les propriétaires sont avec eux. Conservateurs, ils ont promis de ne vendre les terres qu’au gouvernement. Mais la Chine a promis de retrouver ces îles qu’elle considère « sacrées ». À suivre.

Une réflexion au sujet de « [Politique] Juin & Juillet 2012 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s