[Tétralogie] La mer de fertilité – Neige de Printemps (I) – Yukio Mishima

Premier roman de la tétralogie (4 livres) La Mer de fertilité de Yukio Mishima, il a été publié en 1970 au Japon, en 1989 en France.Haru no yuki

La mer de fertilité

Mishima commence a écrire le premier roman de la Mer de fertilité en 1965, il continuera la série jusqu’en 1970. Il posta le manuscrit à son éditeur, puis fit son coup d’état manqué et se suicida par seppuku. (Plus d’informations).

L’œuvre est composée des romans suivants : Neige de printemps, Cheveux échappés, Le temple de l’aube et L’ange en décomposition.

Aujourd’hui, Neige de printemps.

Histoire

Kiyoaki est un jeune homme de dix-huit ans. Fils du Marquis Matsugae, il est ami avec Shigekumi Honda.

N’arrivant pas a exprimer son amour pour Satoko, une amie d’enfance, au bon moment, il tombera éperdument amoureux d’elle quand leur amour sera devenu impossible.

Critique

La série étant considéré comme l’œuvre majeure de la vie de Mishima, j’attendais beaucoup. Je n’ai pas été déçu par le premier roman (le second s’annonce tout aussi palpitant).

Mishima décrit parfaitement la personnalité ambigüe de Kiyoaki, ne sachant que faire au bon moment, se laissant emporter pas ses sentiments vers cette amour impossible. L’histoire d’amour est magnifique ainsi que la tournure que prennent les choses.

J’ai vraiment aimé ce livre pour la force et la passion qu’il dégage. Nous plongeant dans le Japon aristocrate des années 20, Mishima crée un drame passionnel bouleversant et frappant par sa pureté. Rien ne vient altérer le but du récit, la beauté des mots.

L’auteur de ce blog (yukizuri), a dit dans la section à propos de yukizuri que Murakami est planant et Mishima frappant. Au début, n’ayant lu aucun de ces auteurs je n’avais pas compris. Maintenant, je saisis beaucoup mieux ce qu’il a dit. L’univers des livres de Murakami est déconnecté de la réalité, dans un autre monde (surtout 1Q84, l’histoire est basée dessus) et même dans Au Sud de la frontière à l’ouest du soleil, Shimamoto-san attire Hajime vers un autre monde irréel, sans sa famille et sa vie passée. Les romans de Mishima sont beaucoup plus connectés à la vie et bouleversants. On pourrai résumer ainsi : « Ce qui arrive dans les Murakami c’est un autre monde ; les Mishima c’est la vraie vie« . De ce fait, Murakami est beaucoup plus léger à lire, Mishima frappant.Yukio MishimaConclusion

Le suite s’annonce passionante ! Le premier roman donne envie de lire Cheveux échappées, livre II racontant la vie de Honda vingt ans plus tard, bien que l’on soit encore troublé par la force du premier roman.

J’ai souvent lu que Mishima est le meilleur auteur japonais moderne. Je ne pourrais pas le confirmer parce que je ne connais pas assez d’auteurs japonais, mais je peux confirmer que c’est un excellent auteur, et quelle vie ! D’ailleurs, le tag Yukio Mishima sur le blog n’en finit pas de grossir !

Gros livre

Le livre est imposant, du moins l’édition unique pour les 4 romans : 1500 pages !

Il y a une erreur d’impression sur mon exemplaire ! La couverture est à l’envers (ce qui ne gêne en rien la lecture).

Publicités

Une réflexion au sujet de « [Tétralogie] La mer de fertilité – Neige de Printemps (I) – Yukio Mishima »

  1. Très bon article,
    et quel courage de s’attaquer à une telle oeuvre !
    Je me lancerai dans cette lecture sûrement au cours de l’année. Le fait qu’il se soit donné la mort en finissant La Mer de Fertilité donne une puissance survoltante à ces livres.
    Bon courage pour la suite!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s