[Politique] Mai 2013

5 mois après le retour de Shinzo Abe, dressons un bilan de l’efficacité des mesures prises jusqu’alors. Observons de plus la voie que semble emprunter cet homme au pouvoir en cherchant à revenir aux anciennes valeurs nippones.

japon guerre chine

La nostalgie a ses limites.

La restauration ultime

Quand Shinzo Abe a quitté ses fonctions en 2007, il était brisé, politiquement, et physiquement. Il rejoignait alors ses prédécesseurs, participant à la stagnation économique du Japon pendant 20 ans.

Shinzo Abe

« Abandonnez moi là. Je ne suis bon à rien. »

Mais aujourd’hui, il est revenu avec une telle ardeur que ses mesures portent son nom: on décrit, critique ou adhère à un nouveau domaine  l’abenomique. Un mélange d’inflation, de dépenses publiques, et de stratégies de croissance qui visent à sortir le Japon de sa tanière dans laquelle il s’est lové depuis tant d’années.

Drapeau Japonais

Un engouement s’est généralisé autour du retour de Shinzo Abe.
Le Japon pourra-t-il redevenir une puissance économique mondiale ?

Un phénix ?

Fort de sa popularité (trois japonais sur quatre le soutiennent aujourd’hui), il a réussi a redonner confiance aux marchés, qui recommencent à investir au Japon (+55% en 6 mois), ainsi qu’aux foyers qui ont consommé plus (+3,5%). Il y a de fortes chances que cette tendance se retrouve dans les deuxièmes élections aux parlements, qui signeront certainement la victoire par une majorité absolue du LDP.

PDL

Ensemble, tout devient possible…

M. Abe a comme cheval de bataille de rivaliser avec la Chine. Faisant référence au passé, il invoque le slogan « fukoku kyohei! » qui prône une amélioration de l’économie pour une amélioration future de l’armée. Souhaitant devenir indépendant des USA militairement, il met tout en oeuvre du point de vue financier pour préparer la transition.

Les dépenses en hausse qui doivent relancer l’investissement sont néanmoins menacées par la dette colossale (240% du PIB) qui est heureusement contractée au niveau nationale. L’inflation ne permettra cependant pas de continuer ainsi, et si M. Abe retarde la taxe de consommation votée en 2012 pour éviter d’impacter le pouvoir d’achat des consommateurs, il n’aura plus aucun moyen d’améliorer les rentrées de l’état sur le moyen terme.

yen

L’heure de faire les comptes.

Les dangers de la politique menée par le premier ministre sont nombreux. Tout d’abord, du point de vue diplomatique, il ne cesse de provoquer ses voisins, demandant récemment en quoi l’empereur Japonais était l’agresseur dans les conflits précédents, et laissant ses ministres priés au Yoshikiuni. De plus, son souhait de modifier la constitution  pour l’heure pacifiste est clairement un signe de témérité.

Conclusion

Après les élections parlementaires, M. Abe aura les pleins pouvoirs. Ses directives ne souffriront alors aucun obstacle. Mais si le Japon a besoin d’une restructuration économique, a-t-il aussi besoin d’un retour aux racines nationalistes ?

Une réflexion au sujet de « [Politique] Mai 2013 »

  1. J’espère vraiment que la relance économique lancée par Abe ne ne s’arrêtera pas (trop tôt). Le Japon a la capacité de rebondir après 20 ans de stagnation. J’espère aussi que le Japon ne se réarmera pas.
    Encore une fois, la section politique est une très bonne idée, c’est à chaque fois un plaisir de lire tes articles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s