[Film] Le Jour où Mishima choisit son destin – Koji Wakamatsu

Sorti deux jours après le quarante-troisième anniversaire de la mort de Mishima, le 27 novembre, Le Jour où Mishima choisit son destin (11・25自決の日 三島由紀夫と若者たち) est le dernier film de Koji Wakamatsu, mort le 17 octobre 2012, renversé par un taxi à Shijuku.11・25自決の日 三島由紀夫と若者たちSynopsis

Le film se déroule dans le Japon mouvementé de la fin des années 70, où, comme en France, des mouvements étudiants de grande ampleur tentent de moderniser le pays.

Ces mouvements sont pour la plupart d’extrême gauche, ce qui frustre énormément Mishima, alors écrivain très influent de droite et même impérialiste, qui décide de créer un groupe para-militaire avec des étudiants : Tatenokai (盾の会), avec comme fonction première de protéger l’empereur (La société du bouclier). Se plaçant comme leur mentor, il leur enseigne sa vision (si particulière) du monde et de la politique, recrutant des associés pleinement dévoues pour le coup d’état qu’il prépare. Comme dans son roman Les Chevaux échappés, Mishima pense à une action imprégnée de nationalisme, en faveur de l’Empereur et du Japon traditionnel, visant à contrer la montée de la gauche menée par les étudiants. Il recherche en vain le soutien des Forces d’autodéfense du pays, et décide finalement de prendre un otage pour maximiser l’impact de son action malgré le faible nombre de ses disciples voulant le suivre de la mort.Le jour où Mishima choisit son destinLe jour où Mishima choisit son destinMishima passera à l’acte le 25 novembre 1970, à l’âge de quarante cinq ans.

Critique

Ce film a plutôt été une déception. Koji Wakamatsu voulant donner un ton politique à son œuvre, il a insisté sur cette aspect de Mishima, ne traitant que son engagement en faveur du Japon traditionnel, de l’empereur et de l’armée et délaissant le grand écrivain qu’il était.Le jour où Mishima choisit son destinLes allusions à l’œuvre de Mishima sont rares (ou, malgré la douzaine de romans lus, je ne les ai pas remarquées), seul une des premières scènes reprend un passage de Confession d’un masque où Mishima se souvient avoir vu passer des soldats devant chez lui quand il était enfant.

Le jeux des acteurs et remarquable de justesse et de force. Arata Iura (droite) et Shinnosuke Mitsushima (gauche), interprétant respectivement Yukio Mishima et son associé, Masakatsu Morita, ont fait un excellent travail d’acteur, passant outre leurs différences physiques évidentes avec les personnages qu’ils interprètent.

Morita and Mishima

Masakatsu Morita (gauche) et Yukio Mishima (droite)

Malheureusement, beaucoup de scènes sont trop longues et le déroulement chronologique flou voire répétitif si l’on ne suit pas bien, tout s’enchaine et le spectateur attend uniquement l’acte final, paroxysme de l’excitation.

La scène terminale (le coup d’état) est tout aussi décevant, un fort sentiment d’incomplétude ressort de ce passage où l’on a l’unique impression d’avoir attendu  pour une scène finalement peu marquante et sous représentée par rapport au reste du film.

Conclusion

Ce film brille par le sujet qu’il traite, d’une très grande originalité et toujours d’actualité, mais déçoit par son manque de dynamisme. Tout amateur du grand écrivain japonais verra ce film, mais sans en apprécier pleinement la forme, il sera heureux de voir cette évènement de la vie de Mishima portait sur grand écran.

Soulignons que ce film est le dernier du cinéaste Koji Wakamatsu mort tragiquement en 2012. Le début de sa carrière est principalement marqué par des films érotiques et violents tel que The Embryo Hunts in Secret (Quand l’embryon part braconner). Il s’engage ensuite avec United Red Army et Caterpillar. Quand il fut renversé par un taxi à Shinjuku, il se rendait à une réunion pour le budget de son prochain projet : un film sur Tepco et le lobby nucléaire nippon.

Une autre œuvre majeur est dédiée à la vie de Mishima : Mishima, a life in four chapters. Les lecteurs de La Mer de fertilité reconnaitront immédiatement l’allusion dans le titre et imagineront la structure du film.

Réalisé par Paul Schrader, il est sorti en 1985.

Une réflexion au sujet de « [Film] Le Jour où Mishima choisit son destin – Koji Wakamatsu »

  1. Une excellente critique. Je n’irai sûrement pas voir le film et attendrai sa sortie en dvd!
    Le réalisateur a donc fait le choix politique plutôt que littéraire, peut être pour satisfaire un public international qui retient souvent Mishima pour son Seppuku plutôt que pour ses romans & nouvelles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s