[Roman] La course au mouton sauvage – Haruki Murakami

Après presque deux mois d’absence sur le blog, Murakami revient avec La course au mouton sauvage. Publié en 1982, sous le nom 羊をめぐる冒険, c’est le roman qui a fait connaître Murakami. Ses deux précédents livres n’ayant même pas le droit à une traduction dans la langue de Molière.羊をめぐる冒険Résumé

Un jeune homme de vingt neuf, cadre publicitaire, tokyoïte, fraichement divorcé et sans enfants mène une vie tranquille, sans histoires, fumant vingt cigarettes par jour et admirant les oreilles de sa nouvelle girl friend. Mais un jour, après avoir utilisé une photographie d’un mouton qu’il a trouvé dans un tiroir (le hasard de Murakami), il est approché par une organisation d’extrême droite. Il doit retrouver ce mouton, si le hasard le veut bien.Mouton - HokkaidoCritique

Comme dit précédemment, c’est le premier best seller de l’auteur, malgré deux autres livres qu’il avait écrit auparavant, il le dit d’ailleurs dans Autoportrait en coureur de fond. Pourtant, le style Murakami est là et affirmé. L’intrigue m’a fait pense à 1Q84, écrit presque trente ans plus tard.

Encore une fois, Murakami nous emmène dans un monde étrange avec une frontière réalité/fantastique quasi inexistante. Peu de choses sont fantastiques, mais l’ambiance générale est totalement planante : « le style Murakami ». L’auteur nous introduit dans son monde doucement planant

La fin est un peu abrupte à mon gout. Murakami nous éjecte un peu trop violemment de son univers par un dénouement simplet et incomplet. Ce manque est surement dû au manque d’expérience de l’auteur à cette époque. Cependant, le narrateur de ce livre sera repris dans Danse, Danse, Danse écrit quatre ans plus tard (preuve de l’incomplétude de ce roman ?).

Mouton - HokkaidoConclusion

Comme toujours avec Murakami, c’est un excellent livre. L’auteur crée son univers à la frontière du fantastique, passant d’un côté à l’autre avec une synchronisation parfaite.

Quel livre de Murakami faut-il conseiller ? Je pense que celui-ci est le plus adapté. Assez court, ils ne rebutera pas le lecteur. De plus, c’est un roman très classique pour Murakami, si l’on apprécie ce livre, les autres plairont aussi.

Titre et récompenses

Le titre en japonais correspond mieux au livre que la traduction française.

  • 羊 signifie « mouton »
  • めぐる signifie « tourner autour », « tourner en rond »
  • 冒険 signifie « danger », « aventure », « risque »

La traduction française enlève cette notion de « tourner en rond », qui convient pourtant si bien au livre. De plus le mot « course » même si il prend le sens « d’aventure », de « quête » peut être incomplet par rapport au mot japonais.

Cependant, je ne vois aucune phrase plus adapté que celle choisie par le traducteur, Patrick de Vos, qui a reçu le Prix Noma pour son excellent travail de traduction. Murakami a aussi reçu ce prix, cette fois le prix pour débutant, en 1982 pour ce livre !

Patrick de Vos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s