[Film] Kara no Kyoukai 3: Tsuukaku Zanryuu [4/10]

Et voici la critique du 3ème film, Kara no Kyoukai 3: Tsuukaku Zanryuu.

Kara no Kyoukai 3: Tsuukaku Zanryuu

Tout d’abord, je tiens à m’excuser quant au retard par rapport à la date prévue de parution de cet article. Comme vous avez dû le constater, yukizuri et moi-même avons eu une semaine assez chargée, et il nous a été difficile d’écrire sur le blog au cours de celle-ci.

Synopsis (source : Animeka)

Juillet 1998. Dans un bar souterrain qui sert de repaire à une bande de jeunes débauchés, une fille, dénommée Asagami Fujino, est abusée sexuellement. Son visage ne trahit aucune émotion, comme si elle ne ressentait aucune douleur. À la nuit tombée, tandis que Kokutou Mikiya se balade en ville, il rencontre une lycéenne portant le même uniforme que celui de sa sœur dans un coin de ruelle sombre. Comme elle semble avoir mal au ventre, il l’amène chez lui afin qu’elle puisse se reposer, mais la jeune fille disparaît pendant le sommeil de Mikiya.

Le lendemain, aux nouvelles, on apprend que plusieurs victimes ont été retrouvées le corps tordu, plié, dans un bar abandonné. L’agence de Aozaki Touko où travaille Mikiya est chargée de retrouver Fujino soupçonnée d’être l’auteur de ces meurtres…

Critique

Déjà, je tiens à préciser que ce film est un peu plus violent et malsain que les autres : on a affaire à une scène de viol, et à des démembrements tourbillonnants (oui oui, regardez l’image) très sanglants. L’ambiance globale du film rappelle beaucoup celle du premier, très sombre et avec un ennemi féminin possédant des cheveux colorés, mais contrairement à ce dernier, les personnages ont l’air plus sympathiques et ouverts, à l’image de ce que l’on a pu voir dans le second. De plus, les trois personnages ont ici tous un rôle équivalent, alors que les autres films étaient plutôt centrés sur Shiki.

On y découvre le personnage de Asagami Fujino, personnage très semblable à Shiki sur de nombreux points. Toutes deux ont un regard « vide » de façon naturelle et possèdent un pouvoir surnaturel qui colore leurs yeux lorsqu’elles l’active : Fujino a le pouvoir de tordre les membres des gens grâce à des « bras » invisibles (un peu à la manière des Diclonius d’Elfen Lied), alors que Shiki a le pouvoir de voir, ou de sentir, les choses qui vont mourir (pouvoir sur lequel on ne sait d’ailleurs toujours pas grand chose : on sait juste que c’est la raison pour laquelle elle a pu voir les fantômes lors du premier film). Néanmoins, lors de l’affrontement entre les deux, leur discussion laisse paraître qu’elles proviennent de la même origine, ou en tout cas qu’elles ont des points en commun qui ne sont pas le fruit du hasard.

Fujino a d’ailleurs des antécédents avec la famille Kokutou, puisqu’on la voit discuter avec la soeur de Mikiya dans un bar et elle semble être une camarade de de Mikiya (on voit des flashbacks de eux deux lorsqu’ils étaient jeunes). On apprend alors que Fujino est atteinte d’une maladie particulière qui l’empêche de ressentir la douleur, ce qui permet d’expliquer la première scène du film. Ainsi, comme dans les précédents films, un thème grave est traité, et il s’agit cette fois de la maladie dénommée Algoataraxie.

Le scénario est, contrairement aux deux précédents, beaucoup plus prenant de façon générale. Cependant, ce n’est clairement pas le point fort du film en considérant la claque graphique que l’on se prend en le regardant ! Cela faisait un certain temps que je n’avais pas vu des dessins d’une telle qualité (qui arrivent presque au niveau de ceux de Kotonoha no Niwa). Mais je vous laisse contempler les quelques screenshots que j’ai sélectionné, pour que vous vous fassiez vous-même une idée de ce qu’il en est (je ne vais pas non plus tout vous montrer, histoire que vous ayez vous aussi une claque si vous regardez le film).

L’animation est également largement améliorée depuis le dernier film, et je n’ai relevé aucune faute, et globalement je l’ai trouvé de très bonne facture (mieux que ce que l’on peut voir dans la majorité des animes contemporains). La bande-son est excellente comme toujours, la musique de combat est remarquable et donne vraiment une bonne ambiance à ce dernier. L’ending est également très bon.

Kara no Kyoukai 3: Tsuukaku Zanryuu – OST

Conclusion

Ce troisième film est pour moi largement au dessus des autres, que ce soit au niveau de l’histoire, des graphismes et même de la bande-son. Il me donne d’autant plus envie de voir les suivants, surtout si le niveau continue de monter comme ça. Pour information, ce film est classé 177ème sur MyAnimeList, ce qui est bien au dessus des deux précédents.

Kara no Kyoukai 3 Tsuukaku Zanryuu - Conclusion

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s