[Roman] L’Ecole de la chair – Yukio Mishima

L’École de la chair (肉体の学校) est un roman de Yukio Mishima écrit en 1964.

肉体の学校Histoire

Dans la société japonaise des années 60, une femme dans la quarantaine, de bonne naissance, divorcée et grande styliste de mode rencontre un jeune homme dans un bar gay, le « Hyacinte » où elle est allée avec des amies pour une « aventure ». Elle tombera éperdument amoureuse de ce jeune homme qui saura abuser de cette amour qu’il sait incontrôlable.

Malgré son titre sulfureux et l’intrigue générale basée sur un couple, Mishima n’est pas spécialement explicite.

Critique

L’Ecole de la chair est un roman classique de Yukio Mishima. Se placant aux côtés d’autres tel que Après le banquet, il montre la société japonaise des années 60, en constante évolution et analyse avec une précision propre à l’auteur les comportements des personnages.

Takéo est divorcée et fréquente deux amies elles aussi divorcées. Tout comme Après le banquet, Mishima nous montre les femmes japonaises de cette époque se libérant de la domination masculine. Cependant, le résultat ce cette « liberté » étant dans les deux cas plutôt négatif. On peut voir une autre critique de Mishima envers le modernisme (ici des sociétés humaines) que l’on sait critique envers ses excés.

Ainsi, l’amour fou de Takéo pour Senkichi et la lutte qu’elle mène contre elle-même pour essayer de résister sont remarquablement bien décrits. Sa relation avec Senkichi, une relation « type » comme Mishima utilise souvent est utilisée pour représenter une partie de la société japonaise mais peu être appliqué à d’autres. Son fonctionnement est,d’ailleurs très bien expliqué : Mishima est maitre de son sujet, fin connaisseur des comportements humains il reprend presque le rôle de psychanalyste qu’il a adopter dans La Musique.

Mishima nous livre-t-il ici une confession ?

Takéo, le personnage principal, a 39 ans, le même age que Mishima quand il a écrit le livre. Elle tombe éperdument amoureuse d’un jeune homme uniquement au cause de sa beauté exceptionnelle. Les descriptions de Senkitchi sont similaires a celles des autres personnages masculins des romans de Mishima – cheveux courts, sourcils épais, yeux noirs et profonds, nuque rasée et corps musclé et viril. Ne peut-on voir, via Takéo et Senkichi, le propre amour de l’auteur qu l’on sait de attiré par les hommes (Confession d’un masque) pour un jeune homme de ce genre ?

Conclusion

Se classant dans la catégorie « sociale’ de l’œuvre de Mishima, l’École de la chair nous montre la maitrise de Mishima, qui prend le rôle de psychanalyste, dans l’analyse des comportements humains. Il cerne totalement ce sujet et choisit ici un exemple représentatif de la société nippone des années 60, années de libération féminine. Un livre pour mieux connaître les rapports humains, le Japon de cette époque et Yukio Mishima.

Adaptation

Un film a été réalisé en 1998 par Benoit Jacquot et s’inspire du roman de Mishima.


L'Ecole de la chair

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s